Photographies de Karyan Ben M’sik (1989)

Bidonville et recasement, modes de vie à karyan Ben M’sik (Casablanca)

La ville de « ceux qui vivent derrière le soleil »

 

Karyan el Machakil, bloc 3. Baraque isolée.

Quartier El Hafra, à proximité du bloc 3. Au fond d’une impasse, une baraque encastrée sous une fente rocheuse.

Baraque isolée.

Petit souk bidonvillois de l’autre côté de l’autoroute urbaine en bordure des quartiers populaires de Casablanca (ici, à proximité de Hay Farah).

L’autoroute urbaine comme frontière entre la périphérie (Ben M’sik) et le centre-ville.

Jardin public à l’ancien emplacement de Karyan Ben M’sik, là où les émeutes de Casablanca de juin 1981 furent les plus violentes.

Karyan Ben M’sik, bloc 16. petite impasse formée par un groupe de baraques. Karyan Ben M’sik, bloc 21. Petite mosquée (1985).

Karyan Ben M’sik, bloc 23. Vue sur le minaret de la grande mosquée de Casablanca.

 

 

Karyan el Massira fait face à la cité Moulay Rachid, écoulement des eaux usées


Zone d’activités de karyan el Massira.

Karyan el Massira. Communication entre voisines.

Karyan el Massira, ruelle typique.

Karyan el Massira, petite place où commercent des vendeurs ambulants.

Karyan el Massira, qissariya.

Karyan el Massira, ruelle typique.

Zone d’activités de karyan el Massira. Chez les matelassiers.

Karyan el Massira. Amoncellement des ordures ménagères sur lesquelles paissent des moutons.

Karyan el Massira. Amoncellement des ordures ménagères. Aucun service municipal ne vient débarrasser les monticules de détritus.

Karyan el Massira, réunions des aînés en fin d’après-midi.

Karyan el Massira, au marché. Les gens viennent aussi de quartiers voisins (en dur) pour s’approvisionner en produits moins chers.

Marché de karyan el Massira. Vendeur de menthe.

Marché de karyan el Massira. Une femme vend à même le sol sa modeste cargaison de légumes. Son revenu journalier est de quelque 15 dirhams.

Ben M’sik, ruelle du bloc 21. La ruelle est le domaine réservé des femmes et des enfants en bas âge qui y jouent en toute sécurité.. 

Zone d’activités de karyan el Massira. Jeunes commerçants qui vendent à même le sol des vêtements usagers.

Karyan el Massira. Parmi les vendeurs ambulants et les quelques mendiants, on trouve des habitants qui doivent assumer les charges de propriétaires de maisons à la cité Moulay Rachid.

Karyan el Massira. Marché au puces.

Karyan Ben M’sik, bloc 22. Une famille bidonvilloise.

Karyan Ben M’sik, bloc 22. Deux jeunes et leur sound system (radiocassette de voiture branché à une batterie automobile).

 

 

 

 

 

Karyan el Massira, jeune commerçant dans une salle de jeux.

Partager - Share - شاركTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Share on FacebookEmail this to someonePrint this page